Sur l’historicité des premiers chapitres de la Genèse (Pie XII)

Sur l’historicité des premiers chapitres de la Genèse (Pie XII)

Pie XII commente la lettre de la Commission Pontificale biblique à l'Archevêque de Paris (en 1948), puis il dégage le sens selon lequel certains écrits bibliques peuvent être dit historique :

« Cette lettre, en effet, avertit clairement que les onze premiers chapitres de la Genèse, quoiqu'ils ne répondent pas exactement aux règles de la composition historique, telles que les ont suivies les grands historiens grecs et latins et que les suivent les savants d'aujourd'hui, appartient néanmoins au genre historique en un sens vrai, que des exégètes devront étudier encore et déterminer: cette Lettre dit encore que les mêmes chapitres, dans le style simple et figuré, bien approprié à l'état des esprits d'un peuple peu cultivé, rapportent les vérités essentielles sur lesquelles repose la poursuite de notre salut éternel, ainsi qu'une description populaire de l'origine du genre humain et du peuple élu.

Si par ailleurs, les anciens hagiographes ont puisé quelque chose dans les narrations populaires (ce qu'on peut assurément concéder), on ne doit jamais oublier qu'ils l'ont fait sous l'inspiration divine qui les a préservés de toute erreur dans le choix et l'appréciation de ces documents. Mais tout ce qui a été emprunté aux narrations populaires et accueilli dans les Saintes Lettres ne peut absolument pas être équiparé aux mythologies ou aux fables du même genre, qui procèdent bien plutôt de l'imagination dénuée de tout frein que de ce remarquable souci de vérité et de simplicité qui éclate dans les Saintes Lettres, même de l'Ancien Testament, à ce point que nos hagiographes doivent être proclamés nettement supérieurs aux écrivains profanes de l'antiquité. »

(Pie XII, Encyclique Humani generis, 1950)

 

Pour actualiser :

Le texte biblique appartient « au genre historique en un sens vrai, que des exégètes devront étudier encore et déterminer » écrit Pie XII.

Les exégètes mettent généralement en évidence l'enracinement de Genèse 1 dans l'histoire d'Israël au temps de l'exil, tandis que Genèse 2-3 possède un enracinement qui remonte au temps de l'Exode et l'arrivée en Canaan.

L'histoire d'Israël est porteuse de révélation, et les récits de création sont à son tour inspirés, de sorte qu'ils éclairent nos origines et soutiennent la révélation chrétienne.

F. Breynaert