La descente de Jésus aux enfers (l’Hadès)Lire aussi :

La descente de Jésus aux enfers (l’Hadès)

Le Credo proclame que Jésus « est descendu aux enfers ».

« Les enfers » ont ici la signification ancienne : l'Hadès, le séjour des morts.

 

Jésus est descendu aux enfers parce qu'il est mort et qu'il a été mis au tombeau (1 Co 15, 3-4). « De plus, dans Ac 2, 31, l'auteur cite le psaume 16, 10 pour affirmer que Jésus n'a pas été abandonné à l'Hadès, mais que Dieu l'a ressuscité des morts (Ac 2, 24-31) Ceci implique l'idée que Jésus soit descendu dans l'Hadès, le séjour des morts. »[1]

 

Les premiers pères de l'Eglise ont précisé et commenté ce séjour de Jésus chez les morts :

- Ignace d'Antioche († 107 environ) dit que les prophètes de l'Ancien Testament « l'attendaient comme leur maître » ; à cause de cela, Jésus « les ressuscita d'entre les morts par sa présence. »[2] Ignace appelle Jésus « la porte du Père, par laquelle entrent Abraham, Isaac et Jacob, les prophètes, les apôtres et l'Eglise dans l'unité de Dieu »[3].

 

- Justin traite l'idée comme une tradition bien connue : « Le Seigneur Dieu s'est souvenu des morts de son Israël qui dormaient dans les tombeaux de la terre et il est descendu auprès d'eux pour annoncer le salut. »[4]

 

- Clément d'Alexandrie ajoute une variante : il voit les apôtres chrétiens, quand ils meurent, s'adresser aux morts païens et compléter l'annonce de Jésus aux juifs juste lors de sa propre descente dans l'Hadès[5].

 

- Une homélie anonyme pour le samedi saint : « Eveille Toi, O toi qui dors... »[6] montre Jésus qui vient chercher, comme la brebis perdue, Adam et Eve.

 

Tous ces thèmes confluent dans la tradition iconographique de la résurrection.

 


[1] Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ, La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme. Cerf, Paris 2009, p. 655

[2] Ignace d'Antioche, Lettre aux Magnésiens 9, 2.

[3] Ignace d'Antioche, Philadelphiens 9, 1-2.

[4] Justin, dialogue avec Triphon 72, 4.

[5] Clément d'Alexandrie, Stromates 2, 9.

[6] Attribuée à Epiphane de Salamine (5° siècle ?), pour le grand et saint Samedi. PG 43, 440.452.461-464.

 


 

F.Breynaert