Médiation maternelle de Marie à Cana (Jean Paul II)Lire aussi : Les noces de Cana (Ecriture)

Médiation maternelle de Marie à Cana (Jean Paul II)

Le fils semble invité à cause de la Mère

«Il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était. Jésus aussi fut invité à ces noces, ainsi que ses disciples» (Jn 2, 1-2).

On pourrait déduire du texte que Jésus et ses disciples furent invités avec Marie, en quelque sorte à cause de la présence de cette dernière à la fête: le Fils semble invité à cause de la Mère. On sait la suite des événements découlant de cette invitation, le «commencement des signes» accomplis par Jésus -l’eau changée en vin-, ce qui fait dire à l’évangéliste: Jésus «manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui» (Jn 2, 11).

 

Le commencement des signes:

Marie est présente à Cana de Galilée en tant que Mère de Jésus et il est significatif qu’elle contribue au «commencement des signes» qui révèlent la puissance messianique de son Fils:

«Or il n’y avait plus de vin. La Mère de Jésus lui dit: "Ils n’ont pas de vin". Jésus lui dit: "Que me veux-tu, femme? Mon heure n’est pas encore arrivée"» (Jn 2, 3-4).

Dans l’Evangile de Jean, cette «heure» signifie le moment fixé par le Père où le Fils accomplit son œuvre et doit être glorifié (cf. Jn 7, 30; 8, 20; 12, 23. 27; 13, 1; 17, 1; 19, 27).

Même si la réponse de Jésus à sa Mère paraît s’entendre comme un refus (surtout si l’on considère, plus que la question, l’affirmation tranchante: «Mon heure n’est pas encore arrivée»), Marie ne s’en adresse pas moins aux servants et leur dit:

«Tout ce qu’il vous dira, faites-le» (Jn 2, 5).

Jésus ordonne alors aux servants de remplir d’eau les jarres, et l’eau devient du vin meilleur que celui qui avait été d’abord servi aux hôtes du banquet nuptial.

 

La maternité spirituelle de Marie va au-devant des besoins des autres:

Quelle entente profonde entre Jésus et sa mère! Comment pénétrer le mystère de leur union spirituelle intime? Mais le fait est éloquent.

Il est certain que dans cet événement se dessine déjà assez clairement la nouvelle dimension, le sens nouveau de la maternité de Marie.

 

Elle a un sens qui n’est pas exclusivement compris dans les paroles de Jésus et les divers épisodes rapportés par les Synoptiques (Lc 11, 27-28 et Lc 8, 19-21; Mt 12, 46-50; Mc 3, 31-35). Dans ces textes, Jésus entend surtout opposer la maternité relevant du seul fait de la naissance à ce que cette «maternité» (comme la «fraternité») doit être dans le cadre du Royaume de Dieu, sous le rayonnement salvifique de la paternité de Dieu.

 

Dans le texte johannique, au contraire, par la description de l’événement de Cana, se dessine ce qui se manifeste concrètement comme la maternité nouvelle selon l’esprit et non selon la chair, c’est-à-dire la sollicitude de Marie pour les hommes, le fait qu’elle va au-devant de toute la gamme de leurs besoins et de leurs nécessités.

A Cana de Galilée, seul un aspect concret de la pauvreté humaine est montré, apparemment minime et de peu d’importance («Ils n’ont pas de vin»). Mais cela a une valeur symbolique: aller au-devant des besoins de l’homme veut dire, en même temps, les introduire dans le rayonnement de la mission messianique et de la puissance salvifique du Christ.

 

La médiation de Marie:

Il y a donc une médiation: Marie se situe entre son Fils et les hommes dans la réalité de leurs privations, de leur pauvreté et de leurs souffrances. Elle se place «au milieu», c’est-à-dire qu’elle agit en médiatrice non pas de l’extérieur, mais à sa place de mère, consciente, comme telle, de pouvoir montrer au Fils les besoins des hommes -ou plutôt d’en «avoir le droit».

Sa médiation a donc un caractère d’intercession: Marie «intercède» pour les hommes.

Non seulement cela: en tant que Mère, elle désire aussi que se manifeste la puissance messianique de son Fils, c’est-à-dire sa puissance salvifique destinée à secourir le malheur des hommes, à libérer l’homme du mal qui pèse sur sa vie sous différentes formes et dans des mesures diverses. C’est cela précisément qu’avait prédit le prophète Isaïe au sujet du Messie dans le texte célèbre auquel Jésus s’est référé devant ses concitoyens de Nazareth: «Pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, ... annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue ...» (cf. Lc 4, 18).

Un autre élément essentiel de ce rôle maternel de Marie se trouve dans ce qu’elle dit aux serviteurs: «Tout ce qu’il vous dira, faites-le».

La Mère du Christ se présente devant les hommes comme porte-parole de la volonté du Fils, celle qui montre quelles exigences doivent être satisfaites afin que puisse se manifester la puissance salvifique du Messie.

A Cana, grâce à l’intercession de Marie et à l’obéissance des serviteurs, Jésus inaugure «son heure». A Cana, Marie apparaît comme quelqu’un qui croit en Jésus: sa foi en provoque le premier «signe» et contribue à susciter la foi des disciples.

 

Comme l'enseigne le récent concile:

Nous pouvons dire ainsi que dans cette page de l’Evangile de Jean nous trouvons comme une première manifestation de la vérité sur la sollicitude maternelle de Marie. Cette vérité a été exprimée également dans l’enseignement du récent Concile, et il est important de remarquer que le rôle maternel de Marie est illustré dans son rapport avec la médiation du Christ.

Nous lisons en effet:

«Le rôle maternel de Marie à l’égard des hommes n’offusque et ne diminue en rien cette unique médiation du Christ: il en manifeste au contraire la vertu», parce qu’il "n’y a qu’un Médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même" (1 Tm 2, 5).

La médiation maternelle de Marie découle, suivant le bon vouloir de Dieu, de la surabondance des mérites du Christ;

elle s’appuie sur sa médiation,

dont elle dépend en tout et d’où elle tire toute sa vertu. »

(Vatican II, Lumen gentium 60)

C’est précisément dans ce sens que l’événement de Cana en Galilée nous présente comme une première annonce de la médiation de Marie, tout orientée vers le Christ et tendue vers la révélation de sa puissance salvifique.

 

Du texte johannique il ressort qu’il s’agit d’une médiation maternelle.

 


Jean Paul II,

Lettre encyclique Redemptoris Mater, § 21.22.

 

Lire aussi : Les noces de Cana (Ecriture)