Comprendre la Mère de Dieu (Mgr Dubost)

Comprendre la Mère de Dieu (Mgr Dubost)

Qu'apporte le dogme de la Theotokos à notre compréhension de Marie?

Qu'apporte le dogme de la Theotokos à notre compréhension de Marie? À vrai dire, ce dogme est fondamental : tous les autres dogmes mariaux en dérivent; il contient en germe tous les développements ultérieurs de la théologie.

 

La maternité de Marie, comme toute maternité, n'est pas seulement une mise au monde matérielle, mais un acte spirituel qui implique tout l'être de celle qui met au monde.

 

En accueillant en elle la présence de Dieu, Marie devient en quelque sorte le Temple de Dieu. Comme tout temple, elle doit être pure et a été préparée pour être préservée de tout ce qui n'est pas Dieu, le péché. Plus profondément, en recevant Dieu en elle, Marie est purifiée de l'intérieur.

 

Comme l'eucharistie purifie celui qui la reçoit, l'incarnation du Christ en Marie la purifie suprêmement. Ainsi prend source la volonté de l'Église de définir la pureté de Marie: sa virginité, tout d'abord, son immaculée conception, ensuite, son Assomption, enfin.

 

En donnant naissance à Dieu, Marie rend sa dignité à l'humanité

En donnant naissance à Dieu, Marie rend sa dignité à l'humanité: l'homme est élevé par Dieu au point d'engendrer son Fils unique. Par son acceptation du plan divin, Marie exalte notre condition humaine: comment pourrait-on dire que la vie humaine ne vaut rien quand nous savons que nous faisons partie de l'espèce qui a engendré Dieu? Bien entendu, puisque nous sommes libres, rien ne nous est acquis pour autant, et c'est à nous d'agir en conformité avec l'extraordinaire confiance que Dieu nous fait. Cependant, depuis Marie, les cartes sont redistribuées: nous savons que la distance qui nous sépare de Dieu, le péché originel, peut être comblée.

 

S'il est légitime d'insister davantage sur la seconde partie de l'expression (Mère de Dieu) comme l'on fait les Pères du concile d'Éphèse, il faut aussi tenir compte de la maternité de Marie. (Si le fils de Marie est Dieu, il n'en reste pas moins son fils) : des rapports d'affection, de proximité, se nouent entre mère et enfant. Certains pourraient même penser que jamais un enfant n'a été aussi proche de sa mère, dans la mesure où tous ses gènes ne proviennent que d'elle. Il est vrai que Marie est le seul parent humain (au sens biologique) de Jésus. Cette proximité exceptionnelle a dû rendre difficile la mise au monde psychologique. Ce rapport particulier fait de Marie une femme un peu spéciale: plus que tout autre, elle a « l'oreille» de Dieu.

 

Marie est la première des rachetée

Enfin, si Marie est digne d'engendrer Dieu, elle n'en est pas moins une de ses créatures. Or si Jésus est le Dieu Sauveur, Marie est la première des rachetée. Ainsi devient-elle, en quelque sorte, la première des chrétiennes. Aussi peut-on légitimement la nommer « Mère de l'Église ».

 

Vraiment, « Mère de Dieu» est le plus beau nom que l'on puisse donner à Marie. Luther l'avait bien compris, qui affirmait que le seul titre de Marie était celui-là:

 

Mère de Dieu est une manière de la nommer qui exprime tout ce qui l'honore : personne ne peut lui dire, ou dire d'elle, quelque chose de plus grand, même s'il avait autant de langues qu'il existe de brins d'herbes, d'étoiles dans le ciel et de grains de sable dans la mer. Et notre cœur même doit méditer profondément ce que signifie être Mère de Dieu.

Martin Luther, Commentaire sur le Magnificat

 

________________

Mgr Michel Dubost