Jésus, Marie, la loi naturelle et la règle d’orLire aussi :

Jésus, Marie, la loi naturelle et la règle d’or

Nous allons suivre la Commission théologique internationale, avec de petites « pauses » explicatives.

 

Jésus est à la fois Maître, Sauveur et Rédempteur.

Comme Maître, Jésus, révèle la loi naturelle et la règle d'or dans toute leur pureté :

« La règle d'or "Ne fais à personne ce que tu n'aimerais pas subir" (Tb 4, 15) devient avec le Christ le commandement d'aimer sans limite.

Le contexte dans lequel Jésus cite la règle d'or détermine en profondeur sa compréhension.

Elle se trouve au centre d'une section qui commence par le commandement: "Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent" et qui culmine dans l'exhortation: "Soyez miséricordieux comme votre Père céleste est miséricordieux " (Cf. Lc 6, 27-36).

Au-delà d'une règle de justice commutative, elle revêt la forme d'un défi : elle invite à prendre l'initiative d'un amour qui est don de soi. »(1)

Jésus est le Verbe incarné qui « inclut et accomplit » (2) la loi naturelle.

Expliquons :

- Jésus inclut la loi naturelle parce que le Verbe incarné est d'abord le Verbe éternel, le Verbe (ou logos) créateur.

- Jésus accomplit la loi naturelle parce qu'il l'a mise en pratique d'une manière parfaite et, en l'accomplissant, il en a révélé toute la dimension.

 

Comme Sauveur et Rédempteur, Jésus guérit l'humanité de la faiblesse morale qui s'oppose à la mise en œuvre de la loi naturelle.

« Jésus-Christ n'est pas seulement un modèle éthique à imiter mais, par et dans son mystère pascal, il est le Sauveur qui donne aux hommes la possibilité réelle de mettre en œuvre la loi d'amour. En effet, le mystère pascal culmine dans le don de l'Esprit Saint. » (3)

Expliquons :

Comme Sauveur et Rédempteur, Jésus guérit les maladies du corps et de l'esprit, il donne la grâce, l'Esprit d'amour pour vivre la loi naturelle.

Mais il n'y a rien d'automatique : Dieu nous a donné la liberté. Si l'homme continue de pécher, reste faible et s'affaiblit davantage (bien que Jésus puisse venir chaque fois le relever). Mais si l'homme s'efforce de vivre selon la grâce nouvelle, alors il fait grandir ses vertus et devient juste, alors il attire de nouvelles grâces, si l'homme s'efforce d'être fidèle à l'Esprit Saint, il devient saint.

 

Marie.

 

La personne humaine la plus sainte est la Vierge Marie. Elle est à la fois le fruit le plus excellent de la rédemption (4) et la mère du Christ, mère du nouvel Adam, mère du Verbe créateur.

 

« Marie est un signe lumineux et un exemple attirant de vie morale. »

(Jean Paul II) (5)

 


(1) COMMISSION THEOLOGIQUE INTERNATIONALE, A la recherche d'une éthique universelle : Nouveau regard sur la loi naturelle, 20 mai 2009, § 108

(2) COMMISSION THEOLOGIQUE INTERNATIONALE, Ibid., § 112

(3) COMMISSION THEOLOGIQUE INTERNATIONALE, Ibid., § 110

(4) VATICAN II, Constitution sur la sainte liturgie = Sacrosanctum Concilium 103

(5) JEAN PAUL II, Lettre encyclique « Veritatis Splendor » § 120


F. Breynaert