Jean Paul II : Dès l'origine, l'Eglise et Marie

Jean Paul II : Dès l'origine, l'Eglise et Marie

Résumé :

Jean Paul II explique ceci :

- "Après l'Ascension", ceux qui ont "cru en Jésus" (c'est-à-dire qu'ils ont cru qu'il venait de Dieu) ont aussi vénéré celle qui est sa mère "selon la nature humaine". Marie est aussi pour eux celle qui a reçu du crucifié une "nouvelle maternité", à leur égard.

 

- Ensuite, dans son désir d'approfondir les évènements de la vie terrestre de Jésus, l'Eglise, "dès l'origine", a reconnu "la maternité virginale" de Marie, "signe que Jésus a pour Père Dieu lui-même". (cf. Lc 1, 26-38).

 

- Plus tard, la piété populaire lui a attribué le titre Theotokos, que le concile d'Ephèse a ensuite défini. Mais, le titre de Mère de Dieu est déjà attesté par Matthieu dans la formule équivalente de « Mère de l'Emmanuel » (« Dieu-avec-nous ») (cf. Mt 1, 23).

--------------

 

2.Aux yeux des disciples réunis après l'Ascension, le titre de « mère de Jésus » prend toute sa signification. Marie est pour eux une personne unique en son genre : elle a reçu la grâce singulière de mettre au monde le Sauveur de l'humanité, elle a vécu pendant longtemps à ses côtés et, au calvaire, elle a été appelée par le crucifié à exercer une « nouvelle maternité » à l'égard du disciple bien-aimé et, par son intermédiaire, de toute l'Eglise.

Pour ceux qui croient Jésus et qui le suivent, « Mère de Jésus » est un titre d'honneur et de vénération, qui demeurera tel pour toujours dans la vie et dans la foi de l'Eglise. D'une manière générale, par ce titre, les disciples veulent affirmer que l'on ne peut pas se référer à l'origine de Jésus sans reconnaître le rôle de la femme qui l'a engendré dans l'Esprit selon la nature humaine. Sa fonction maternelle intéresse aussi la naissance et le développement de l'Eglise. En rappelant la place de Marie dans la vie de Jésus, les fidèles découvrent chaque jour sa présence efficace même dans leur propre itinéraire spirituel.

 

3. Dès le début, l'Eglise a reconnu la maternité virginale de Marie. Comme nous le font comprendre les Evangiles de l'enfance, les premières communautés chrétiennes elles-même ont recueilli les souvenirs de Marie sur les circonstances mystérieuses de la conception et de la naissance du sauveur. En particulier, le récit de l'Annonciation répond au désir des disciples de connaître d'une manière plus approfondie les événements liés au début de la vie terrestre du Christ ressuscité. En dernière analyse, Marie est à l'origine de la révélation sur le mystère de la conception virginale sous l'action de l'Esprit saint.

Cette vérité, qui montrait l'origine divine de Jésus, a été tout de suite reçue par les premiers chrétiens selon son  importance est sa signification, et a été comptée parmi les affirmations les plus essentielles de leur foi. Fils de Joseph selon la Loi, Jésus est en réalité, dans son humanité, par une intervention extraordinaire du Saint Esprit, uniquement fils de Maire, car il est né sans intervention d'un homme.

La virginité de Marie prend ainsi une valeur singulière, car elle jette une lumière nouvelle sur la naissance et le mystère de la filiation de Jésus, puisque l'engendrement virginal est le signe que Jésus a pour Père Dieu lui-même. [...]

 

4. Le titre de Mère de Dieu, déjà attesté par Matthieu dans la formule équivalente de « Mère de l'Emmanuel » (« Dieu-avec-nous ») (cf. Mt 1, 23), n'a été explicitement attribué à Marie qu'après une réflexion qui a duré près de deux siècles. Ce sont les chrétiens du troisième siècle, qui, en Egypte, commencèrent à invoquer marie comme « Theotokos », « Mère de Dieu ». [...]

5. D'une manière tout à fait significative, la plus ancienne prière à Marie « « sub tuum praesidium » : sous ta protection... ») contient l'invocation « Theotokos : Mère de Dieu ». Ce titre ne vient pas d'abord d'une réflexion des théologiens, mais d'une intuition de la foi du peuple chrétien. Ceux qui reconnaissent Jésus comme Fils de Dieu se tournent vers Marie comme Mère de Dieu et espèrent obtenir son puissant secours dans les épreuves de la vie.

Le concile d'Ephèse, en l'an 431, définit le dogme de la maternité divine en attribuant officiellement à Marie le titre de « Théotokos », en référence à la personne unique du Christ, vrai Dieu et vrai homme.

 


Jean Paul II, audience du 13 septembre 2009

(Documentation catholique N° 2124)