5° dogme ? Une ouverture orthodoxe

5° dogme ? Une ouverture orthodoxe

V. Zelinsky[1], théologien russe orthodoxe, décrit la vision de Marie dans la théologie orthodoxe et conclut que les objections de l'Église orthodoxe à la définition du dogme [Marie corrédemptrice, médiatrice, avocate] ne concerneraient pas tant le titre lui-même, ni la doctrine sous-jacente, pleinement partagée, mais plutôt le style théologique occidental, qui tend à rationaliser le mystère.

 

Mais - a conclu Zelinsky - si le «rationalisme marial» de l'Occident a été sévèrement critiqué dans le passé par la théologie orthodoxe, il est en fait aussi un « instrument de louange et un langage spécifique de la prière. C'est pourquoi l'intelligence peut prier avec les dogmes. Nous prions de différentes façons. » [2].

 

« L'absence même de dogme, telle qu'elle est vécue par le protestantisme, ne doit pas devenir un dogme à son tour ; l'essentiel est la fidélité à la «source divine du silence primordial de la Parole. » [3]

 


[1] Zelinsky, V., Mary in the Mystery of the Church: The Orthodox Search for Unity, in Miravalle, M. I. (ed.), Mary Coredemptrix, Mediatrix, Advocate. Theological Foundations. II. Papal, Pneumatological, Ecumenical, Queenship Publishing, Santa Barbara 1997, p. 177-225.

[2] Ibid., 222.

[3] Ibid., 224.


Don Andrea VILLAFIORITA MONTELEONE, Alma Redemptoris socia. La cooperazione di Maria santissima alla Redenzione nella teologia contemporanea, Tesi di Dottorato in Teologia diretta dal Prof. Dott. Antonio Ducay ROMA 2009 (Pontificia università della santa Croce, facoltà di teologia), p. 89-90