Le mariale (XIII° siècle)

Le mariale (XIII° siècle)

Le Mariale, ouvrage du XIIIe siècle, attribué longtemps à saint Albert Le Grand, au nom duquel il a exercé une notable influence[1], appelle Marie « L'associée de la Passion », « L'auxiliaire de la rédemption et la mère de la régénération »[2] [...] « Par son consentement  spontané à la Passion, elle offrit pour nous tous son fils, le fils de Dieu ; par cette oblation unique de l'hostie la plus suffisante et la plus agréable, elle réconcilia Dieu avec tout le genre humain. »[3]

 


[1] Ce n'est qu'en 1954 que la fausseté de l'attribution fut démontrée.

[2] Mariale q 29, par 3, ALBERTUS MAGNUS, opera (Borgnet) t 37, 62

[3] Mariale q 51, t 37, 97


Jean GALOT, Dieu et la femme, Louvain 1986, extraits p. 266-267