Marie et Joseph, le monde du travail, les pauvres

Marie et Joseph, le monde du travail, les pauvres

Le Dieu de l'Alliance, chanté dans l'exultation de son esprit par la Vierge de Nazareth, est Celui qui renverse les puissants de leurs trônes et élève les humbles, comble de biens les affamés et renvoie les riches les mains vides, disperse les superbes et se souvient de sa miséricorde envers ceux qui le craignent (cf. Lc 1, 50-53).


En puisant dans le cœur de Marie, dans la profondeur de sa foi, exprimée par les mots du « Magnificat », les disciples du Christ sont appelés à renouveler toujours mieux en eux-mêmes « la conscience de ceci: on ne peut séparer la vérité sur Dieu qui sauve, sur Dieu qui est source de tout don, de la manifestation de son amour préférentiel pour les pauvres et les humbles, amour qui, chanté dans le Magnificat, se trouve ensuite exprimé dans les paroles et les actions de Jésus » (1)

 

Marie, totalement dépendante de Dieu et toute orientée vers lui par l'élan de sa foi, « est  l'icône la plus parfaite de la liberté et de la libération de l'humanité et du cosmos » (2).

 


(1) Jean-Paul II, Encycl. Redemptoris Mater, 37: AAS 79 (1987) 410.
(2) Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instr. Libertatis conscientia, 97: AAS 79 (1987) 597.


Conseil Pontifical Justice et Paix,

Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise, 2 avril  2004, § 59