Vierge pendant l'enfantement, un dogme sans définition

Vierge pendant l'enfantement, un dogme sans définition

[Le 2ème concile de Constantinople (553) dit que Marie est "toujours vierge". Georg SOLL en explique la valeur dogmatique: ]

 

Un dogme

Pour l'Église enseignante de l'époque patristique, il n'y avait aucun doute qu'un énoncé de la foi déjà reconnu auparavant avait reçu le caractère obligatoire du dogme avec les textes et les décisions des conciles de 431, de 451 et 553. De plus, l'Église entière était consciente, comme le montrent les réactions du pape Célestin, du Synode romain de 430 et de Cyrille d'Alexandrie, qu'à côté du Magistère extraordinaire des Conciles il y avait aussi le « Magisterium Ordinarium » de la prédication sous toutes ses formes, reconnue, elle aussi, dans son caractère engageant.

 

Un dogme non défini

Il n'y eut pas de définition dogmatique spéciale du second élément de la formule tripartite, c'est-à-dire de la virginité dans l'accouchement. Du reste, qu'est-ce que cela aurait apporté à la conscience de la foi et, respectivement, à la vie religieuse ? La comparaison de la perle [qui s'ouvre et se referme] par Pseudo-Ephrem est une forme d'explication délicate et crédible. Aucun témoin de la Tradition ecclésiastique n'a voulu faire de la gynécologie; ils ont préféré s'exposer à la raillerie de ceux qui pensaient différemment. On pourra dire que dans l'Église primitive le "comment" du fait de l'accouchement virginal ne fut pas défini jusqu'au bout, mais fut considéré dans la continuation de l'action divine à l'occasion de la conception et fut entouré d'admiration et de vénération. [...]

 

Dans ce contexte, les témoignages patristiques à propos d'un vœu de Marie acquièrent un sens particulier, car elles voulurent exprimer également que la virginité, comme conduite morale, est avant tout un simple problème de libre volonté et non pas une chose prédisposée. Pour le même motif, le premier partisan occidental du vœu de Marie, saint Augustin, à la question si les filles ou les religieuses qui ont subi la violence contre leur intégrité dans les désordres de la migration des peuples devaient être considérées encore vierges, et Augustin répondit : oui. (De Civiltà Dei I, 16).

 

Un pont vers deux autres vérités

 

"Ex Maria Virgine" du Symbole de l'Église universelle doit être interprété dans le sens le plus ample et élevé au critère d'orthodoxie. L'exemption de toute corruption, exigée avec la virginité, est devenue du point de vue conceptuel, un pont vers jeté deux autres vérités :

-        La question de la structure morale de l'élue depuis le premier instant de son existence

-         La question de l'état de la Mère du Rédempteur après sa mort.

 

 

 


Extraits de : Georg SOLL, sdb, Storia dei dogmi mariani, LAS, ROMA, 1981, p. 185-186

 

 

Georg SOLL, sdb,

Professeur de Théologie Dogmatique à l'université Pontificale Salesianum (Rome)

et à Philosophische - Theologische Hochschule di Benediktbeuern (Bavière)