Prier Marie Mère des disciples (Jn 19, 25-27) et Mère des vivants

Prier Marie Mère des disciples (Jn 19, 25-27) et Mère des vivants

1) « Marie mère des disciples » dans la préface de la messe « Commendatio Beata Mariae Virginis »[1]

Cette préface fait mémoire de l'événement où Jésus confia le disciple à Marie et Marie au disciple (Jn 19,25-27). Ce sont les dernières paroles de Jésus sur la croix, un testament sacré. Cette parole crée, accomplit ce qu'elle dit : elle instaure un lien d'amour entre la Vierge bienheureuse et les disciples fidèles.

Quel est ce lien d'amour ? C'est un lien réciproque.

La mère est donnée comme mère aux disciples.

Aimer et accueillir Marie chez soi, ce n'est pas une initiative privée, ce n'est pas une initiative ecclésiale, c'est une initiative du Christ. Les disciples accueillent la Mère précieuse comme héritage du Maître.

Les disciples se confient en elle (cf. la très ancienne prière Suub Tuum praesidium) et écoutent la parole de la Mère (c'est-à-dire « faites tout ce qu'il vous dira » Jn 2,5) et gardent la parole du Maître.

 

2) Marie est « Mère des vivants » et « Reine », au calvaire :

La liturgie des heures, le 22 août, en la fête Beatae Mariae Virginis Reginae, dans l'hymne de l'office de lecture, (3e strophe)[2], Marie est célébrée comme mère des vivants et comme Reine, en lien avec l'Evangile de Jean où il y a une extraordinaire affirmation de la royauté du Christ, mais à partir de la parodie de la couronne d'épine et de la pourpre : comme le Christ est roi, de la même façon, Marie est reine en participant à la passion où elle est devenue la mère des vivants.

 

Eve déjà est la mère des vivants (Gn 3,20) mais dans l'ordre de la nature, et malgré sa désobéissance.

Marie est la mère des vivants dans l'ordre de la grâce, elle est mère au moment du baptême où les hommes renaissent à la grâce :

La présence de Marie au pied de la croix est un fait, ce n'est pas une idée.

La parole du Christ à sa mère est une parole fondatrice, un fait salvifique. L'événement baptismal réactualise l'événement biblique. Près des fonts baptismaux est présente Marie maintenant élevée au ciel. On pourrait visualiser par des œuvres d'art sur les fonts baptismaux cette présence de Marie.

 

3) Marie « mère des vivants » dans la liturgie du couronnement des images de la bienheureuse Vierge Marie.[3]

La prière est construite sur le parallèle entre Marie et Jésus :

 

Ton fils s'humilia jusqu'à la mort de la croix, toi Marie, tu es vierge et servante du Seigneur,

 

Ton fils fut glorifié comme Roi des rois, toi tu es élue comme mère du Rédempteur et mère des vivants, et exaltée au dessus des chœurs des anges, tu règnes avec le Christ.

 

4) Marie « mère de tous les vivants » dans la préface de la messe votive à « Marie mère de l'espérance. »[4]

 

La prière a ici la spiritualité biblique des « anawims », les pauvres du Seigneur :

Marie est « ton humble servante », elle place « toute son espérance en toi Seigneur »...

 

La vie théologale de la Vierge, référée au Christ est mise en évidence :

Marie a espéré, elle a conçu dans la foi, elle a servi dans la charité en faveur de l'œuvre du salut, elle est devenue la mère de tous les vivants, la mère de tous les hommes.

 


[1] CMBMV, n°13

[2] Cet hymne est l'œuvre du père Vittorio Genovesi (+ 1967). Ut Christus alta ab arbore /rex purpuratus sanguine / sic passionis particeps / tu mater es viventium.

[3] Ordo coronandi imaginen b. Mariae Virginis. Prex gratiarum actionis, p. 11

[4] CMBMV, n°37


En remerciant le père Ignazio Calabuig,

Françoise Breynaert