De la Visitation à la MissionLire aussi :

De la Visitation à la Mission

La rencontre de Marie et d'Élisabeth nous situe au cœur de la spiritualité missionnaire car la rencontre  des deux mères est en fait celle des deux enfants dont elles servent la mission. Jean le Baptiste, dont  l'ange avait annoncé à Zacharie "qu'il sera rempli d'Esprit Saint dès le sein de sa mère" (Lc 1, 15),  inaugure sa mission en désignant le Messie par la bouche de sa mère.

Chaque rencontre humaine nous  affermit dans notre mission propre. Nous portons, nous aussi, dans nos cœurs la Parole de Dieu et  l'Esprit du Seigneur est à l'œuvre en nous. [...]

 

Arrêtons-nous un instant sur cette première rencontre. Élisabeth affirme : "Car lorsque ta salutation a  retenti à mes oreilles, voici que l'enfant a bondi d'allégresse en mon sein."

 

Nous connaissons  l'importance des salutations en Afrique. Elles sont souvent longues et musicales, comme chez les  Dogons au Mali et sans doute dans d'autres langues. Véritables litanies communautaires du matin, elles  rétablissent les liens humains que la nuit avait distendus. Saluer, dire tout simplement bonjour, c'est  comme cela que débute la mission. La paix soit avec vous, salaam. Cela, nous pouvons tous  l'apprendre et le dire. L'impact d'une salutation peut aller très loin. Celle de Marie transperce le sein  d'Élisabeth et fait vibrer tout son être, elle et son bébé. [...]

 

Un chemin de mission que cette Visitation : rencontre, proclamation, action de grâce. Tout y est. Que nous dit la Visitation sur notre spiritualité et sur notre mission ?

 

La Visitation nous dit, tout d'abord, qu'il est important de créer autour de nous un climat de mutualité. Marie et Élisabeth n'appartenaient pas à la même génération d'âge. Il en est de même parmi nous.  Nous venons aussi d'horizons divers par notre culture et notre éducation. Le fossé peut être encore plus  grand face aux personnes vers lesquelles nous sommes envoyés. Et pourtant, nous savons, parce que  nous en avons fait l'expérience, qu'il est possible de dépasser certains de ces obstacles en s'initiant à  leur langue et à leurs traditions. C'est dans l'ouverture à l'autre que se construit ce lien de mutualité.  Prions pour que ce Chapitre soit une belle expérience de mutualité entre nous.

 

Cette relation avec l'autre qui est différent de moi, paradoxalement, ne peut se faire que dans la  conscience aigüe de ce que nous sommes, de notre propre identité. Ceci est vécu d'une manière  particulière par ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux. Demeurer fidèle à soi-même et à  ses convictions est une condition de la rencontre. C'est au creuset de la communion et non pas de la  fusion que nous sommes appelés.

Cette communion qui me fait découvrir chez l'autre une personne  hautement respectable, nous invite à cultiver sans relâche le respect de toute personne humaine.

 


Gérard Chabanon,

Supérieur général des Missionnaires d'Afrique, in Homélie du 10 mai 2010

www.africamission-mafr.org/homelie_messe_ouverture_fr.pdf