La doctrine de l'Immaculée Conception entre le IX° et le XIII° siècleLa doctrine de l'Immaculée Conception entre le IX° et le XIII° siècle

La doctrine de l'Immaculée Conception entre le IX° et le XIII° siècle

- Saint Anselme de Canterbury (†1109)

Saint Anselme comprend, dans la foi, que la création entière, terrestre et angélique, est toute entière restaurée en Marie immaculée. Mais son argumentation ne sera pas retenue valable.

 

- Saint Eadmer de Canterbury (†1124)

Saint Eadmer a l'intuition de l'Immaculée Conception : Jérémie et Jean Baptiste furent sanctifiés dès le sein maternel, combien plus la mère de Jésus ! Marie est comblée de la grâce et de l'illumination par l'Esprit Saint dès sa conception.

Saint Eadmer recourt à l'image de la châtaigne "qui est conçue, nourrie et formée sous les épines, mais qui reste à l'abri de leurs piqûres".

 

- St. Bernard (†1153), nourri de St Augustin et de son idée de transmission du péché originel, refusent la doctrine de l'Immaculée conception : saint Bernard dit en effet que Marie ne pouvait être sanctifiée avant son animation, mais qu'elle le fut après dans le sein de sa mère, avant sa naissance.

 

- St. Thomas (†1274) refuse aussi la doctrine de l'Immaculée conception parce qu'ils ne voient pas comment la concilier avec l'universalité de la Rédemption du Christ clairement présumée dans Rm 5, 12 : «Tous ont péché». Cependant, il est difficile de préciser la position de saint Thomas d'Aquin sur ce sujet parce qu'il ne s'est pas partout exprimé de la même manière.

 

Introduction par F. Breynaert