Marie et la Trinité : conséquences sociales (Benoît XVI)Lire aussi :

Marie et la Trinité : conséquences sociales (Benoît XVI)

Alors que la solitude est une pauvreté, les relations inter-personnelles sont un enrichissement.

La religion chrétienne est une religion trinitaire, relationnelle. Elle lutte contre l'exclusion. Elle crée du lien.

Parce que Marie est en relation très particulière avec la Trinité, elle stimule le progrès authentique.

 

53. Une des pauvretés les plus profondes que l'homme puisse expérimenter est la solitude. [...]

 

54. Le thème du développement coïncide avec celui de l'inclusion relationnelle de toutes les personnes et de tous les peuples dans l'unique communauté de la famille humaine qui se construit dans la solidarité sur la base des valeurs fondamentales de la justice et de la paix.

 

Cette perspective est éclairée de manière décisive par la relation entre les trois Personnes de la Sainte Trinité dans leur unique Substance divine.

 

La Trinité est unité absolue, car les trois Personnes divines sont relationnalité pure.

La transparence réciproque entre les Personnes divines est complète et le lien entre l'une et l'autre est total, parce qu'elles constituent une unité et unicité absolue.

Dieu veut nous associer nous aussi à cette réalité de communion: « pour qu'ils soient un comme nous sommes un » (Jn 17, 22).

 

79. Que la Vierge Marie, proclamée par Paul VI Mère de l'Église et honorée par le peuple chrétien comme Miroir de la justice et Reine de la paix, nous protège et nous obtienne, par son intercession céleste, la force, l'espérance et la joie nécessaires pour continuer à nous dévouer généreusement à la réalisation du « développement de tout l'homme et de tous les hommes »[1] !

 


[1] Paul VI, Lett. enc. Populorum progressio (26 mars 1967), n. 42.


Benoît XVI,

Lettre encyclique Caritas in veritate,

Sur le développement humain intégral dans la charité et dans la vérité. 29 juin 2009,

§ 53. 54. 79