Marie et la Trinité dans le mystère pascal

Marie et la Trinité dans le mystère pascal

 

Le concile évoque le « pèlerinage de la foi de Marie » (LG 58) : autrement dit, Marie, dont les relations trinitaires ont commencé à l'Annonciation (LG 56),  a pourtant cheminé vers la connaissance des personnes divines de la Trinité. Et ce chemin est passé par la croix. Suivre Jésus sur le Chemin de Croix, c'est s'approcher de Jésus, c'est monter vers le Père, c'est vivre de la force de l'Esprit...

Au calvaire, se révèle en effet d'une manière très particulière l'ineffable mystère trinitaire : le Fils demande au Père de pardonner aux hommes qui ne savent ce qu'ils font (Lc 23, 33), et l'Esprit Saint est donné (Jn 19, 30).

La mère de Jésus reçoit en cette heure un accroissement de sa connaissance et de son amour pour la Trinité.

 

Marthe Robin, stigmatisée, contemple Marie, son martyre et son  amour pour la Trinité qui la conduit de clarté en clarté :

 

« Seigneur, je vous fais l'abandon complet de ma volonté pour ne plus penser que par vous et ne plus agir qu'en vous seul, en union avec mon Jésus, par la divine protection de ma Mère, par amour pour la Trinité.

Ô ma mère, ô Immaculée Vierge Marie, vous dont la vie n'a été qu'un martyre et une lente agonie dans une perpétuelle ascension d'amour, aidez-moi à monter sans cesse dans les voies de la divine perfection non pas d'un seul coup ni dans une vision d'extase, mais jour par jour, non pas suivant mes désirs, mais les desseins de la Providence.

Et qu'ainsi conduite par vous, de clarté en clarté, jusqu'à la pleine lumière, je puisse voir dans toute sa captivante beauté la divine Charité telle que les tout petits ont besoin de la connaître pour y trouver avec le rassasiement de mes désirs, le secret de vivre et de mourir consumée par l'amour.»[1]

 

La même dynamique est exprimée dans la prière qu'elle a transmise aux Foyers de Charité : « O Mère bien-aimée, vous qui connaissez si bien les voies de la sainteté et de l'amour, apprenez-nous à élever souvent notre esprit et notre cœur vers la Trinité... »

 


[1] Marthe Robin, Prière du 22 février 1930, citée dans : H-M Manteau-Bonamy, Marthe Robin sous la conduite de Marie, 1925-1932. ed. Saint Paul, Versailles 1995, p. 46

F. Breynaert