Marie nous invite à nous décider, à nous convertir, à vivre l’Evangile

Marie nous invite à nous décider, à nous convertir, à vivre l’Evangile

Le cœur converti est cette route merveilleuse qui porte à la paix ; c'est l'océan dans lequel s'engouffre toute inquiétude et qui se perd dans la l'humilité et la sainteté du cœur. L'humilité est la vertu dans laquelle Dieu a caché sa divinité, le mode surprenant de la présence de Dieu en nous.

 

Marie nous invite à nous décider, et à nous convertir

« Si l'Eglise a accueilli le message de Fatima, c'est surtout parce qu'il contient une vérité et un appel qui, dans leur contenu fondamental, sont la vérité et l'appel de l'Evangile lui-même.

"Convertissez-vous (faites pénitence) et croyez à l'Evangile" (Mc 1, 15) : telles sont les premières paroles que le Messie a adressées à l'humanité.

Le message de Fatima est, dans son noyau fondamental, l'appel à la conversion et à la pénitence, comme dans l'Evangile.

Cet appel a été prononcé au début du vingtième siècle et, par conséquent, il a été particulièrement adressé à ce siècle. La Dame du message semble lire avec une perspicacité spéciale les signes des temps, les signes de notre temps.

L'appel à la pénitence est maternel et, en même temps, ferme et déterminé. La charité qui "trouve sa joie dans ce qui est vrai" (cf. 1 Co 13, 6), sait être franche et décidée. L'appel à la pénitence est associé, comme toujours, à l'appel à la prière. »

(Jean Paul II, Homélie à Fatima, le 13 mai 1982.§6)

 

Marie nous invite à vivre l'Evangile

« Nous devons rejeter tout ce qui contraire à l'Evangile : la haine, la violence, les injustices, le manque de travail, l'imposition d'idéologies qui rabaissent la dignité de l'homme et de la femme ;

et nous devons favoriser tout ce qui est selon la volonté du Père qui est aux cieux : la charité, l'aide mutuelle, l'éducation dans la foi, la culture, la promotion des plus pauvres, le respect de tous, en particulier des plus défavorisés, de ceux qui souffrent, des marginalisés.

Car on ne peut invoquer la Vierge comme Mère si l'on méprise ou si l'on maltraite ses fils. »

(Jean Paul II, Homélie à Notre Dame de Suyapa (Honduras), le 8 mars 1983)

 

Et à devenir des signes vivants

« Souvent, les sanctuaires marials deviennent des centres d'évangélisation. [...] Encouragés par la présence de Marie, les croyants ont souvent ressenti le besoin de se consacrer aux pauvres, aux déshérités, aux malades, pour être auprès des derniers de la terre le signe de la protection maternelle de la Vierge, icône vivante de la miséricorde du Père. »

(Jean Paul II, Audience générale 15.11.95)

 


Synthèse F. Breynaert