Introduction historique à Lumen gentium VIII

Introduction historique à Lumen gentium VIII

Phase anté-préparatoire du concile

La phase anté-préparatoire du concile demande aux évêques, aux supérieurs d’ordre religieux et aux universités théologiques quels sujets veulent-ils que le concile traite. Sur environ 2300 évêques, 600 évêques demandent que l’on parle de Marie, de sa médiation, de sa corédemption, de son lien à l’Eglise. Mais personne ne demande que l’on parle du culte marial.

 

Phase préparatoire du concile

Le 11 novembre 1962 sont présentées ensemble aux pères concilaires, pour suggérer leur lien, le schéma préparatoire de la constitution sur l’Eglise, et celui pour la constitution sur Marie, De Beata Maria Virgine (préparé par Balic). Pendant l’intersession, le pape Jean XXIII demande de réfléchir sur ce dernier texte dont il a changé uniquement le titre : « De Maria Matre Iesu et Mater ecclesiae », et l’expression Mater ecclesiae (Mère de l'Eglise) provoque la réflexion.

 

Le schéma préparatoire

Le vote conciliaire du 29 octobre 1963 demande de ne pas faire une constitution séparée mais d’en faire un chapitre à l’intérieur de la constitution dogmatique sur l’Eglise. Le schéma fut alors repris par Balic avec Philips, puis par une commission conciliaire et proposé au concile sous le titre « De Beata Virgine Matre Dei et Mater Hominum »

 

Ce schéma préparatoire contient une partie dogmatique, suivie d’une partie sur le culte puis sur l’œcuménisme. La structure des schémas préparatoires a été conservée dans la rédaction finale de la Lumen Gentium.

Fut aussi gardée l’ampleur de vue héritée de Pie IX (Ineffabilis Deus) selon lequel c’est par un unique décret éternel que l’Incarnation du Fils fut décidée et que Marie fut choisie et prédestinée.

 

 


F.Breynaert,
cf. www.testimariani.net.