LG 66 : Nature et fondement du culte de la Sainte ViergePour approfondir Lumen gentium 66

LG 66 : Nature et fondement du culte de la Sainte Vierge

Le concile affirme la légitimité du culte marial et en donne trois fondements :

- Marie est la « Mère très sainte de Dieu » , sa maternité et sa sainteté fonde son culte.

 

- Marie est « présente aux mystères du Christ », c’est à dire le fait qu’elle fut associée à son œuvre rédemptrice.

 

- Marie est « élevée par la grâce de Dieu, au-dessous de son Fils, au-dessus de tous les anges et de tous les hommes », c’est à dire qu’elle est reine de l’univers, d’une manière subordonnée au Christ roi.

 

Il présente le caractère traditionnel du culte marial en choisissant trois références :

 

- L’Evangile (Lc 1,48) qui décrit l’attitude de la première communauté chrétienne et prophétise : "Toutes les générations m’appelleront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait en moi de grandes choses" (Lc 1,48).

 

- La prière du « Sub tuum Praesidium » datant du 2° ou 3° siècle, avant le concile de Nicée, et comportant déjà le titre de Mère de Dieu. C’est ce à quoi fait allusion « depuis les temps les plus reculés, la bienheureuse Vierge est honorée sous le titre de " Mère de Dieu" ; et les fidèles se réfugient sous sa protection, l’implorant dans tous les dangers et leurs besoins. » (LG 66)


- Le concile d’Ephèse (431) : « Surtout depuis le Concile d’Ephèse, le culte du peuple de Dieu envers Marie a connu un merveilleux accroissement, sous les formes de la vénération et de l’amour, de l’invocation et de l’imitation ».

 

 

Lumen Gentium 66 précise quelle est la nature du culte marial :

« Ce culte, tel qu’il a toujours existé dans l’Eglise, présente un caractère absolument unique ; il n’en est pas moins essentiellement différent du culte d’adoration qui est rendu au Verbe incarné ainsi qu’au Père et à l’Esprit-Saint ; il est éminemment apte à le servir. » (LG 66)

Autrement dit, ce culte est au-dessus du culte rendu aux anges et aux saints mais il est distinct et inférieur au culte rendu à Dieu. On dira : ce n’est pas un culte de latrie ou d’adoration, mais c’est un culte d’hyperdulie.

 

Et il rappelle que le culte marial est christocentrique = il conduit au Christ.

 

« …à travers l’honneur rendu à sa Mère, le Fils pour qui tout existe (cf. Col 1,15-16 ) et en qui il a plu au Père éternel "de faire habiter toute la plénitude" ( Col 1,19 ), peut être comme il le doit connu, aimé, glorifié et obéi dans ses commandements. » (LG 66)

 


F. Breynaert,

cf. www.testimariani.com.