Images de Marie au fil des siècles

Images de Marie au fil des siècles

La piété chrétienne commence avec le respect des apôtres qui se réunissent autour de Marie en attendant que leur soit donné l'Esprit de Pentecôte, aussi est-il naturel de voir cette dernière représentée au-dessus des tombes chrétiennes dès le deuxième siècle.

 

De la "Mère de l'Enfant"...

A la catacombe romaine de Priscille, Marie est la mère de l'Enfant Jésus, déjà garante de la réalité de l'Incarnation du Fils de Dieu. Ce titre sera décliné au fil des siècles en s'adaptant aux besoins des fidèles et c'est ce qui rend la suite des représentations si émouvante. Au temps des persécutions, les bas-reliefs de Marie décorent nombre de sarcophages de martyrs ; on la voit assise comme une matrone romaine, tenant son fils sur les genoux pour le présenter aux trois mages qui font pendant aux trois Hébreux dans la fournaise sur la même paroi. Elle apparaît, à la fois, la Mère du Christ et Celle de ceux que la foi fait échapper au désastre du reniement et qu'elle réunit dans une même adoration, qu'ils viennent du Peuple élu ou de la gentilité.

 

Les précieuses ampoules de Monza rapportées par les pèlerins de Terre Sainte insisteront sur la réalité de la maternité de Marie ; les artistes syriens n'hésiteront pas à représenter parfois la Vierge allongée, comme les autres mères et cette figure sera retenue par les peintres d'icônes comme par les artistes gothiques d'Occident.

 

... à la "Mère de Dieu"

Cependant, la déclaration solennelle du concile d'Ephèse conduira les mosaïstes de la basilique Ste Marie Majeure à Rome et ceux de Ravenne à vêtir de pourpre et d'or "La Mère de Dieu" et à l'entourer de quatre anges semblables aux licteurs impériaux. Toutefois, ces signes d'honneur se sont vite simplifiés pour n'en garder que la gravité de Celle que les chrétiens invoqueront comme "Le trône de la Sagesse". Ces "Vierges de Majesté" ont reçu les prières que les Latins comme les Orientaux ont adressées aux Saintes images peintes ou sculptées, dans le bois des Vierges noires ou la pierre des façades d'église.

 

Elle devient "Notre Dame"...

Marie prend alors la place de la Dame chantée par les poètes médiévaux, mais elle n'appartient à personne d'autre que Dieu ; elle devient "Notre Dame" dans le moment même où elle commence à sourire à l'Enfant qu'elle porte familièrement sur la hanche. Rendue si proche des hommes, ses fils oseront sculpter des Pieta, pour remercier Celle dont le coeur a été transpercé pour eux. Syméon n'avait-il pas salué ainsi la Vierge Marie ?

 

Si "Digne Mère de Dieu" qu'elle serait ressuscitée et couronnée. Elle la première des rachetés.

 

________________

Marie Jeanne Coloni