Annonciation (Francesco di Giorgio Martini, 1470)Approfondir : L'Annonciation (Ecriture et tradition)

Annonciation (Francesco di Giorgio Martini, 1470)

Francesco di Giorgio Martini (1439 - 1502) est un peintre de la Renaissance qui a travaillé à Sienne, entre 1468 et 1475.

 

Francesco di Giorgio Martini, Annonciation, 1470 Sienne, Pinacoteca Nazional.

Voir l'oeuvre : cliquez.

 

Concentrons notre attention sur un point. L'archange Gabriel est parfois figuré tenant à la main, au lieu du lys blanc traditionnel, un rameau d'olivier en tant que symbole de paix entre Dieu et le genre humain. C'est le cas ici.

 

Pourquoi le rameau d'olivier est-il un symbole de paix entre Dieu et le genre humain ? Parce que, après le déluge, la colombe rapporte à Noé un rameau d'olivier (Cf. Gn 8, 11), c'est le signe que les eaux se sont retirées, commence alors la nouvelle Alliance entre Dieu et le genre humain.

 

Pourquoi l'annonce de la naissance de Jésus est-elle une annonce de paix ?

Parce que Marie devient la Mère de Celui qui est notre paix, cette paix dont les anges de Noël chantèrent joyeusement la venue : « "Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes objets de sa complaisance!" » (Lc 2, 14)

Il s'agit d'une paix du cœur, la paix de l'homme réconcilié avec Dieu, une paix pour les peuples qui sauront prendre Marie pour modèle. Avec Joseph, elle a su fuir la violence d'Hérode, puis, avant de rentrer dans la terre de ses pères (Mt 2, 21), elle attendit l'heure de Dieu, manifestée en songe à Joseph (Mt 2, 19-20). Bien que son Fils soit promis à devenir la gloire de son peuple (Lc 2, 32), elle retourne à Nazareth, dans la Galilée des nations (Mt 2, 23), cette partie la plus inclusive du pays, c'était ce qui était le mieux pour la sécurité de l'enfant... En Marie tout est prudence, douceur, patience, ouverture : autant de chemin de paix...

Cette paix est aussi un pardon. Dans l'annonce à Joseph, l'ange annonce que l'enfant conçu de l'Esprit Saint « sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 2,21). Dans l'évangile de Luc, après avoir reçu l'annonce de l'ange, Marie chante le Magnificat. Or, au centre et à la charnière du Magnificat, il y a l'admiration de la miséricorde de Dieu (Lc 1, 50)[1]. Marie chante l'Incarnation comme un acte de miséricorde !

 


[1] Cf. A.Valentini, "Approcci esegetici a Lc 1, 46b-55", in Theotokos V,1997 n°2, p. 403-422


Synthèse : F.Breynaert