S. Botticelli, Judith, 1472Lire aussi :

S. Botticelli, Judith, 1472

 

Feignant de vouloir aider l'armée ennemie, Judith réussit à en approcher le général, Holopherne, Celui-ci s'éprend d'elle et organise en son honneur un grand festin. Restée seule avec son hôte et profitant de l'état d'ébriété de celui-ci, Judith lui tranche la tête d'un coup d'épée.

Judith est donc représentée avec l'épée dont elle s'est servie et avec sa servante, qui porte la tête tranchée d'Holopherne.

Judith porte aussi un rameau d'olivier pour symboliser la paix qu'elle apporte aux Hébreux.

Au bord du chemin, un grand genévrier rappelle la chasteté que Judith a su garder. Le fruit du genévrier est en effet protégé par ses feuilles, comme la châtaigne par sa bogue, ce qui en fait un symbole de chasteté.

 

 


Cf. Lucia Impelluso, La nature et ses symboles, Editions Hazan, Paris 2004, p. 68