Fra Angelico, Annonciation (Cortone 1434)Approfondir : L'Annonciation (Ecriture et tradition)

Fra Angelico, Annonciation (Cortone 1434)

 

L'Annonciation à Marie est l'instant de l'Incarnation : le Verbe se fait chair.

Pour nous les hommes et pour notre salut, le Fils de Dieu s'est fait homme.

 

Comment le peintre représente-t-il l'Incarnation ?

 

- Par une exception dans la perspective régulière :

La fresque est représentée en perspective, une perspective régulière. Marie est dans un bâtiment dont on voit bien, sur la gauche les trois arcades et la limite.

Entre l'ange et la Vierge Marie, on entrevoit dans la chambre un lit-coffre et un rideau situés en dehors des limites extérieures du bâtiment ! Autrement dit, en devenant Mère de Dieu, Marie contient Celui qu'on ne peut contenir !

 

- Par les paroles du dialogue et la colonne centrale.

Bien que leurs paroles soient inscrites dans l'espace, l'ange et la Vierge ont les lèvres closes. C'est un mystère.

Les paroles de l'ange sont : « L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très haut te couvrira de son ombre » (Lc 1, 35).

La réponse de Marie est écrite de droite à gauche et de haut en bas : Je suis la servante du Seigneur... ta parole. » (Lc 1, 38)

Certaines paroles de Marie ne sont pas visibles : « qu'il me soit fait selon... » (Lc 1, 38)

Il ne faut pas penser que ces paroles soient « cachées » par la colonne. En réalité, ces paroles sont réalisées, accomplies au moment où Marie les prononce : le Verbe de Dieu descend en Marie, il descend sur la terre, c'est l'Incarnation. L'Incarnation est représentée par la colonne.

 

N.B. En haut de la colonne est représenté un prophète, probablement Isaïe.

 

Comment le peintre représente-il la Rédemption ?

 

Le peintre veut signifier le plan divin de la Rédemption qui corrige la faute originelle :

 

Adam et Eve, après leur faute, descendent dans un espace sec et stérile, qui contraste avec le jardin clos, fleuri, de la Vierge Marie. Entre les deux, un palmier fait reverdir le désert, accomplissant l'antique prophétie (Is 51, 3)...

 

Un tirant traverse et soutient les deux arcs de la façade, il forme une ligne horizontale. La colombe de l'Esprit Saint descend pour franchir cette ligne horizontale, pour corriger la chute d'Adam et Eve, en effet, sur la gauche, si on prolonge cette même ligne, on voit qu'Adam et Eve dans leur chute l'ont franchit.

 


Daniel Arasse, L'Annonciation italienne,

Edition Hazan, Paris 1999, p. 133-139.

Synthèse F. Breynaert