Duccio, la mort de Marie (La Maestà)

Duccio, la mort de Marie (La Maestà)

Duccio résume la grave et austère beauté des siècles de tradition byzantine et introduit un nouveau souffle d'humanité propagé par les Ordres nouveaux créés par saint François et saint Dominique. L'art de Duccio constitue un des points culminants de l'art gothique en Italie ; il intègre aux conventions assez rigides du style italo-byzantin, la finesse du dessin et la précision du style gothique international venu d'outre-Alpes.

 

Parmi les petits panneaux supérieurs de la Maestà (1308-1311, Sienne, Museo dell'Opera del Duomo - cliquez pour voir), trois concernent la mort de Marie, et s'inspirent du récit apocryphe du Pseudo-Jean sur la Dormition de Marie (lire ce texte, cliquez).

 

Duccio utilise le principe de « l'art de la mémoire » qui est une mnémotechnique.

Pour se rappeler son discours, l'orateur est invité à concevoir un édifice, comportant un ensemble de lieux faciles à mémoriser (portes, escaliers, paliers, pièces...) et ordonnées en fonction d'un parcours du bâtiment. Dans ces lieux, il place ensuite des images pour y associer les idées et les arguments qu'il veut se rappeler. Au moment de se rappeler son discours, l'orateur parcourt mentalement son « bâtiment de mémoire ».

Pour une autre occasion, les lieux peuvent rester identiques et les images placées dans ces lieux changent.

 

Le premier panneau représente l'ange qui annonce à Marie sa mort, il tient en main une palme qui signifie la vie éternelle. Il entre dans le « lieu de Marie ». Voir... (cliquez)

 

Le second panneau représente « l'Annonce de la mort de Marie à saint Jean ». Saint Jean  entre dans le « lieu de Marie ». Voir... (cliquez)http://www.encyclopedie.bseditions.fr/image/article/image/ITPEIPRIDUCCIOB034.jpg

 

Le troisième panneau représente « les Adieux de la Vierge aux apôtre », tous les apôtres sont présents auprès de Marie, et par la continuité des éléments de part et d'autre de la colonne, il indique que les apôtres sont tous dans le « lieu de Marie ». Voir... (cliquez)

 

Le peintre représente ensuite la mort de Marie. Voir... (cliquez)


Puis sa mise au tombeau.  Voir... (cliquez)

 

 


N.B. Nous donnons des liens vers les photos qui sont sur un autre site internet ©2007-2009 B&S Editions. Tous droits réservés.

Cf. Daniel Arasse, L'Annonciation italienne, Edition Hazan, Paris 1999, p. 63


Synthèse F. Breynaert