L'icône Hodigitria : une connotation eucharistiqueLire aussi :

L'icône Hodigitria : une connotation eucharistique

 

Les icônes montrent à l'Église terrestre, réunie en assemblée liturgique, la présence de l'Église céleste, qui est, elle aussi, une assemblée qui de manière permanente prie et célèbre.

En chacune des deux assemblées, céleste et terrestre, la Vierge Marie est la première,  la reine des saints, la Mère du Seigneur des saints.

L'art chrétien, justement considéré comme "collaborateur de la sainte liturgie" (Pie XII), a vu et souligné le rapport théologique qui existe entre l'Eucharistie et Marie.

 

L'icône Hodigitria.

L'icône Hodigitria est d'origine orientale.

Hodigitria signifie "Celle qui conduit".

Marie est "Celle qui montre la voie: Jésus Christ".

Elle soutient l'Enfant qui bénit et elle le désigne à celui qui regarde ; son geste semble dire : “c’est lui le chemin”.

 

Ses grands yeux en amande regardent intensément l'observateur.

Le menton  est nuancé.

Le visage dégage force et confiance, ce qui  justifie le nom de “Notre Dame du réconfort”.

 

L'icône Hodigitria, selon la tradition byzantine, a une connotation eucharistique.

En tant qu’elle "guide" vers le Seigneur; la Vierge adresse aux fidèles cette invitation triple:

- “Venez écouter le Christ, le Verbe Sagesse, le prophète et le maître !" (Liturgie de la Parole);

- “Venez célébrer et le Seigneur, le grand Prêtre du Père pour l'humanité !” (Prière eucharistique;

- “Venez, mangez et buvez le Christ, dans son pain de vie et dans le calice de l'Esprit !” (Rites de communion).

 

L’icône "Salus populi romani" est une variante qui évoque le sacrifice pascal.

Traditionnellement la Vierge Marie à Rome est surtout vénérée et invoquée comme "Salus populi Romani". L'icône de ce nom est gardée dans la basilique sainte Marie Majeure, à Rome (1).

Il s'agit d'une variante romaine de l'Hodigitra :

La Vierge est représentée aux deux tiers du buste et apparaît clairement en position debout.

Avec le bras gauche, elle soutient l'Enfant.

La main droite, plutôt que de le montrer, s'appuie sur la main gauche en forme de croix.

Le réalisme des mains croisées était connu au temps de Jean VII, au VIII° siècle : on peut y voir un rappel explicite du sacrifice pascal du Seigneur.

 

 

Du sein immaculé de Marie, le Christ soleil de salut se lève.

De Marie, Trône royal de la Sagesse divine et incarnée, le Sauveur se révèle au monde.

Quotidiennement le Seigneur est célébré dans l'Eucharistie, mémorial de sa mort et de sa Résurrection, et Pain de vie pour tous ceux qui l'accueillent.

 


(1) À Rome il existe différentes copies de l'icône Hodigitria. La plus ancienne  est conservée à S. Maria Nova (= S. Francesca al Foro Romano) et remonte au V-VI° siècle.  Elle est exposée sur le maître-autel. Une autre, datant du VII° siècle environ, se trouve dans l'Église du Panthéon, une autre à S. Marie Majeure, à S. Marie du Peuple, à S. Marie en Cosmedin, aux Saints Apôtres, en S. Augustin du Champ de Mars, etc...


Sergio Gaspari