L’icône de Marie Porte du Ciel et la résurrection de la RussieL’icône de Marie Porte du Ciel

L’icône de Marie Porte du Ciel et la résurrection de la Russie

 

L'icône de Marie Porte du ciel :

En 1982, à Montréal, au domicile de José Munos, orthodoxe, de la myrrhe s'est mise à couler d'une libre copie de la « Portaïtissa », l'icône de Marie « Porte du ciel ».

- La myrrhe s'est mise à couler un an précisément après la glorification des Nouveaux Martyrs.
- Au mois d'août 1991, au moment du putch, l'icône s'est mise à pleurer pour la première fois.

 

L'icône et la résurrection de la Russie :

José Munos : L'icône était présente lors de  toutes les festivités du millénaire du Baptême de la Russie et a été notre réconfort. Le peuple russe a prié la Mère de Dieu pendant mille ans ; il a tant souffert pour la vérité et a donné tant de martyrs et confesseurs que la Mère de Dieu ne pouvait l'oublier.
Des prêtres ont alors  commencé à envoyer en Russie des cotons (imbibés de myrrhe) et des photographies de l'icône, en se disant : "Si la myrrhe pénètre dans le cœur du peuple russe, le communisme s'effondrera car le parfum, dont la Mère de Dieu nous fait don, chassera la pestilence du communisme." Il y a dix ans, personne ne pouvait imaginer ce qui se produirait bientôt en Russie.

L'icône est apparue dans un pays libre pour que le monde entier connaisse le miracle. Voilà déjà plus de huit ans que l'on reçoit en Russie, dans les endroits les plus divers, des reproductions de l'icône et de  la myrrhe dans des morceaux de coton ; là-bas, quand les gens reçoivent ces  cotons, ils les partagent pour que le plus grand nombre possible  puisse en recevoir un réconfort.

Q. Sans nul doute, la résurrection de la Russie a commencé. De quelle façon vous la représentez-vous ?

José Munos : Uniquement sur le plan spirituel. C'est le plus important. La Mère de Dieu nous est apparue, malgré toutes nos insuffisances. Mais nous ne devons pas confondre le miracle et la politique.

Une jeune fille très pieuse m'a donné de ce miracle l'explication suivante : comme les femmes myrrhophores ont embaumé le corps du Christ avant sa Résurrection, de même la Mère de Dieu embaume aujourd'hui le peuple russe avant la résurrection de la Russie.

 

Q. Lorsque nous parlons de la résurrection de la Russie, nous nous la figurons comme une future grande  puissance, semblable à la Russie du règne d'Alexandre III. Mais, en l'occurrence, nous ne pensons pas en premier lieu au Royaume des Cieux mais à la gloire terrestre; ainsi les juifs attendaient-ils un roi de la terre et non le Christ.

José Munos : Oui, la Russie était un grand empire, le plus grand, le plus puissant; elle donnait au monde une splendeur incomparable, que Byzance (même) n'avait pu donné. En elle, la symphonie entre l'Eglise et l'Etat était authentique et c'est pourquoi on l'a dévastée. Je pense que le Seigneur a permis que les Russes souffrent sous le régime communiste en partie pour qu'ils ne périssent pas dans le terrible  matérialisme.

La Russie doit renaître spirituellement forte, parce qu'il n'y a pas un seul endroit dans ce pays qui n'ait été lavé par le  sang des martyrs. Le sang des martyrs, c'est la semence du christianisme. Cette semence donnera des fruits, la Russie ressuscitera et par son éclat illuminera le monde entier, car il n'y a pas d'autre peuple qui ait autant souffert pour le Christ. Ni l'Inquisition, ni Hitler et toutes ses horreurs ne peuvent être comparés aux communistes. Quand la Russie renaîtra, elle sera véritablement digne du titre de "Sainte Russie", de "Demeure de la Très Sainte Mère de Dieu".

 

Q. Ne pensez-vous pas qu'un jour,  vous pourrez aller en Russie avec l'icône?

José Munos : Oui, je pense que lorsque le moment sera venu, l'icône ira en Russie. Je le souhaite mais j'obéis à la volonté de Dieu et à celle du Synode des Evêques de l'Eglise Orthodoxe Russe Hors-Frontières conduit par le Très Saint Métropolite Vitaly. Ce sont nos hiérarques qui doivent définir quand et comment l'icône pourra aller en Russie.
Nombreux sont ceux qui me propose "d'y aller secrètement". Je crois que les miracles cessent lorsque l'on désobéit à la hiérarchie de l'Eglise. Ce miracle appartient à l'Eglise et il est inséparable de la hiérarchie. Si Monseigneur Vitaly et le Synode des Evêques ne bénissent pas ce voyage, je n'irai pas.

 

Q. En conclusion, pourriez-vous dire quelques mots de réconfort pour les fidèles de Russie et de l'émigration?

José Munos : La Mère de Dieu nous montre que cette myrrhe n'est pas faite de mains d'homme, signifiant par là que le monde spirituel n'a aucun rapport avec le monde contemporain car notre Eglise n'est pas de ce monde.

Il faut mener une vie sainte, respecter les carêmes du mercredi et du vendredi. St Séraphim de Sarov a dit autrefois que la Russie périrait parce qu'on n'observait plus ces jeûnes.

Monseigneur Vitaly dit que " pour être fidèle, il faut commencer par les petites choses". Il dit que  les évêques sentent qu'ils peuvent compter sur ceux qui jeûnent les mercredi et vendredi.

 


Cet entretien a eu lieu à Montréal le 11/24 nov. 1992. Les questions étaient posées par le Père Paul Ivachevitch. (Pravoslavnaia Rouss, mars 1993, Jordanville, NY) Trad. Geneviève Meillassoux

http://stranitchka.pagesperso-orange.fr/VO02/ENTRETIEN_AVEC_Jose.html