Marie et la Vie du Christ au cinéma muet (1897-1927)

Marie et la Vie du Christ au cinéma muet (1897-1927)

Il s'agit de tableaux vivants filmés, inspirés des illustrations de la Bible par Jacques Tissot et Gustave Doré.

Citons par exemple :

 

  • Sidney Olcott, « De la crèche à la croix », 1912. Nous y trouvons pour la première fois des effets de lumière pour exprimer le transcendant. Au moment de l'Annonciation est baignée dans la lumière, alors que l'ange Gabriel a l'aspect d'un fantôme dû au procédé de double exposition.

 

  • Cecil B. De Mille, « Le roi des rois », 1927. Ce film ignore les évangiles de l'enfance. Le Christ est un homme de vertu mais sans divinité apparente, alors que Marie se distingue par sa beauté plutôt sentimentale. Elle amène un enfant aveugle pour que Jésus le guérisse et sa prière vient à bout d'un tremblement de terre qui s'abat sur la région lors de la mort de Jésus.

 

En général, nous pouvons dire que Marie se distingue par une douceur un peu simpliste et un optimisme à toute épreuve, mais un peu trop creux.

 

 


Cf. Jean ROTTEN, campus.udayton.edu/mary/resources/french/cinema.pdf

Synthèse par F. Breynaert