Marie et le cinéma néo-réaliste italien (1944-1964)

Marie et le cinéma néo-réaliste italien (1944-1964)

Le cinéma néo-réaliste italien se penche sur les réalités quotidiennes, avec des gens du peuple comme acteurs. Exemples :

 

  • V. de Sica, « La porta del cielo », 1944.

Film sur le sanctuaire de Loretto.

 

  • Dom Emilio Cordero, "Mater Dei", 1950.

C'est le premier long métrage en couleur italien. Le film est une « vie de Marie », il montre aussi la vie de la communauté catholique italienne de ces années là.

 

  • Carmine Gallone, « Don Camillo Monseigneur » (titre original : « Don Camillo monsignore ma non troppo »), 1961.

Fernandel joue le rôle de Don Camillo. Don Camillo et Peppone sont devenus respectivement « Monsignore » et « Député du peuple ». Ils se rencontrent par hasard dans le train qui les ramène à Brescello. Ils reprennent leurs luttes comme au bon vieux temps. Le premier conflit concerne la construction d'une Maison populaire qui demanderait la démolition d'une petite chapelle de la Madone. Mais personne ne se dévoue pour abattre la petite chapelle, si ce n'est un camionneur étranger à la région. Or la corde qui tire la petite chapelle casse... Communiste ou pas, la foule s'agenouille... Et la Maison populaire finira par contenir la petite chapelle de la Madone...

 

  • Pier Paolo Pasolini, « L'évangile selon saint Matthieu », 1964.

Ce film emprunte certains éléments stylistiques de la période muette (noir et blanc, l'utilisation de tableaux) et au néo-réalisme italien. Le contenu marial est d'un intérêt certain. Durant la vie publique, au moment d'entendre les paroles dures de son fils, Marie, déçue se détourne d'abord de son fils, mais lorsque celui-ci conclut 'quiconque accomplit la volonté de Dieu est la mère' elle manifeste acceptation, paix et amour de son fils (cf. Mt 12, 46-50).A la croix, Marie est terrassée de douleur. A l'annonce de l'ange de la résurrection, la peine et la tristesse se muent en joie et en un grand élan vital.[1]

 


[1] Cf. Jean ROTTEN, campus.udayton.edu/mary/resources/french/cinema.pdf


Françoise Breynaert