La poésie lyrique, le lied allemand (XV°)

La poésie lyrique, le lied allemand (XV°)

Voici un lied, dialogué, du XV° siècle.

 

Marie

Mon enfant, regarde mon sein.

Ne laisse aucun pécheur se perdre.

 

Le Christ

Mère, regarde les plaies qu'à toute heure

Je porte pour tous les pécheurs.

Père, laisse mes blessures

Etre un sacrifice pour les pécheurs.

 

Le Père

Fils, ô mon cher Fils,

Tout ce que tu demanderas, tu l'auras.

 

Ce Cantique, grêle, naïf et pur, exprime l'intérêt de Marie pour les pécheurs et sa puissance sur son Fils, qui est puissant auprès du Père.

 


Pierre Lorson sj, Notre Dame dans la littérature allemande, dans Hubert du Manoir, Maria, tome 2, Beauchêne Paris 1952, p. 75