Francisco de Zurbarán (1598–1664), l’AnnonciationLe symbolisme de la colombeQuelques textes bibliques pour l'AnnonciationApprofondir avec des méditations de l'époque moderne sur l'Annonciation

Francisco de Zurbarán (1598–1664), l’Annonciation

Francisco de Zurbarán (1598-1664) est un peintre du siècle d'or espagnol et a vécu en Andalousie, à Séville.

Zubaràn est un mystique qui peint pour des couvents. En 1600, il y avait trente-sept couvents à Séville. Dans les vingt-cinq années qui ont suivi, quinze nouvelles maisons ont été fondées. Les couvents sont de grands mécènes, très exigeants quant à la composition et à la qualité des œuvres.

Les personnages ont un maintien mystique et expressif (influence du maniérisme italien). La peinture de Zurbarán a peu de couleur, beaucoup d'ombre, de ténèbres (comme chez Le Caravage), mais le ciel s'ouvre vers l'infini peuplé d'ange (typique de la culture baroque).

 

Exemple : l'Annonciation (voir : cliquez).

Sur ce tableau, observer la Vierge Marie, toute jeune, son panier de travail de couture posé sur le sol, elle s'était mise en prière devant une lecture biblique, et l'on peut imaginer qu'elle lisait Sophonie, ou Zacharie, là où ces prophètes annoncent à la fille de Sion : "Réjouis-toi... Voici que vient au milieu de toi ton roi, ton sauveur...".

L'ange se tient devant elle : "Réjouis-toi Marie... voici que tu vas concevoir..."

Au-dessus d'eux, le ciel est ouvert, et au milieu des anges admiratif, l'Esprit Saint descend, symbolisé par une colombe. C'est par l'Esprit Saint, en effet, que s'incarne le Fils de Dieu sans rien perdre de sa divinité.

 


Bibliographie : Emile Mâle, L'art religieux de la fin du XVIe siècle, du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle (Étude sur l'iconographie après le Concile de Trente : Italie, Espagne, Flandres). Paris, 1932.

 

Synthèse Françoise Breynaert

 

Le symbolisme de la colombe