Centro Aletti : Paroisse de Marie immaculéeLire aussi :

Centro Aletti : Paroisse de Marie immaculée

La tente : la mosaïque dans son ensemble est dessinée dans une tente qui évoque la présence de Dieu. L'homme est appelé à être demeure de Dieu, image de Dieu.

 

 

A gauche, sur la terre stratifié pendant des siècles, la création d'Adam et Eve.

 

« Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. Dieu les bénit et leur dit: "Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la... »

(Genèse 1, 27-28)

 

"à l'image de Dieu" : C'est l'homme générique (le genre humain), et c'est l'homme relationnel (homme et femme) qui portent l'image de Dieu.

L'homme est à l'image de Dieu qui est, dira-t-on plus tard, Trinité, vie relationnelle, et l'homme est à l'image du Christ.

Plus exactement, le Christ et l'épouse sont le prototype de l'humanité.

 

Le Christ repose et son côté est ouvert. L'Eglise naît de son côté ouvert. Il y a une ressemblance entre le Christ, nouvel Adam, et le premier Adam, à gauche.

Mais ce n'est pas le Christ et l'épouse qui sont le reflet de l'amour de l'homme et de la femme, c'est l'homme et la femme qui croissent à partir de l'amour entre le Christ et l'humanité-Eglise-Marie.

 

 

Le Christ en croix est le rédempteur qui recrée l'homme à l'image de Dieu, dans l'amour.

 

Marie est la toute sainte, l'immaculée, et « l'affirmation du privilège exceptionnel accordé à Marie met en évidence que l'action rédemptrice de Christ non seulement libère, mais aussi préserve du péché. Cette dimension de préservation, qui est totale en Marie, est présente dans l'intervention rédemptrice quand le Christ, en libérant du péché, donne aussi à l'homme la grâce et la force pour vaincre l'influence du péché dans son existence.

De cette façon, le dogme de l'immaculée Conception de Marie ne voile pas, mais contribue admirablement à mettre en évidence les effets de la grâce rédemptrice du Christ dans la nature humaine. » (Jean Paul II, audience générale du 5 juin 1996)

 

A droite, l'arche de Noé.

Certains pères de l'Eglise y ont vu l'image de la Vierge Marie, toute pure, jamais submergée par les eaux du mal. Selon Jacques de Sarug, l'arche de Noé est la figure de l'Eglise purifiée dans les eaux du baptême.

 


F.Breynaert,

Cf. www.centroaletti.com/ita/opere/italia/50.htm

Le «Centro Aletti» de l’Institut Pontifical Oriental a pour but de valoriser la rencontre entre l’Orient et l'Occident chrétiens, il travaille notamment avec le père Marko Ivan Rupnik le père Tomáš Špidlík. Cf. http://www.centroaletti.com