Fondements théologiques de l’iconoclasme

Fondements théologiques de l’iconoclasme

Nous savons très peu de chose des fondements théologiques de l'iconoclasme. Après la victoire de l'orthodoxie, leurs documents ont été détruits.

Il semble que les principales sources patristiques de la théologie iconoclaste fussent Eusèbe de Césarée et Epiphane de Salamine.

 

Voici ce que devait être la pensée des iconoclastes :

 

Soit on exige que l'icône représente seulement l'humanité de Christ et dans ce cas on tombe dans le nestorianisme qui sépare l'humanité de la divinité

 

Soit on veut que l'icône représente aussi bien l'humanité que la divinité et alors la divinité serait circonscrite et limitée par ce qui est humain et ce serait absurde ; ou finalement l'humanité et la divinité se confondent l'un dans l'autre et alors on tomberait dans le monophysisme.

 

Naturellement des argumentations de ce genre sont plutôt ridicules et ignorent l'enseignement le plus élémentaire du concile de Chalcédoine selon lequel dans le Christ chaque nature conserve sa propre manière d'être.

 

Un autre aspect de la doctrine des iconoclastes était la manière de comprendre l'image. Ils considéraient l'image identique ou consubstantielle avec le prototype. En conséquence, il apparaissait impossible d'admettre qu'une image matérielle pût réaliser cette identité. L'icône restait toujours une réalité inadéquate à l'identification avec le surnaturel.

 

Mais ces renseignements sur les iconoclastes nous viennent des iconodules et nous avons donc de bonnes raisons pour soupçonner que ceux-ci aient cherché à banaliser  l'enseignement de leurs adversaires.

 


L.Gambero