Ne pas confondre "Immaculée" et "Vierge"

Ne pas confondre "Immaculée" et "Vierge"

Lorsque l’on parle de l’Immaculée Conception, on parle de Marie qui est sainte, toute sainte, non seulement au ciel, mais lorsqu’elle était sur la terre avec les disciples au cénacle, au pied de la croix de Jésus, à Bethléem, le jour de l’Annonciation, et lorsqu’elle était enfant, et dans le sein de sa mère -aujourd’hui les sciences humaines savent bien que dans le sein de la mère l’enfant réagit. C’est ainsi que la contemplation chrétienne est remontée jusqu’à la conception de Marie.

 

Lorsque l’on parle de l’Immaculée Conception, on ne dit pas que les parents de Marie étaient vierges.

L’Eglise a généralement retenu que Marie a été conçue normalement, en ce sens, elle est bien notre sœur.

Le pape Innocent XI, en l'an 1677 condamna l'idée d'une conception virginale par sainte Anne (présente notamment dans certaines versions du protévangile de Jacques)*.

 

Lorsque l’on parle d’Immaculée Conception, on ne parle pas de la virginité de Marie, ce qui est un autre enseignement de l’Eglise. Comprenons bien qu’il s’agit de deux enseignements différents. On peut être saint en étant marié, et que l’on peut être très mauvais en étant physiquement vierge.

Marie est Immaculée parce qu’elle pétrie de l’Esprit Saint et sans péché.

Elle est vierge parce qu’elle la mère du Fils de Dieu descendu du ciel, et non pas conçu de la semence humaine.

 

Lorsque l'on parle de l'Immaculée Conception, on parle de Marie sainte, toute sainte, pétrie de l'Esprit Saint depuis sa conception, et fidèle à l'Esprit saint toute sa vie.

 


*Aug. M. Lepicier, L'immaculée conception dans l'art et l'iconographie, éditions servites SP1, 1956, p. 2-5.

 

Françoise Breynaert